Quizlet: Fiches techniques et astuces!

Screenshot 2015-04-15 11.31.46

Dans l’un des mes petits billets sur les Serious Games, je vous parlais de ce super site du nom de Quizlet.

Voici quelques fiches techniques et astuces pour utiliser un maximum du potentiel incroyable de ce site (il y a aussi une app):

comment changer le titre du Quizlet?

Comment créer mon Quizlet?

comment rendre mon Quizlet publique?

Comment retrouver tous mes quizlets?

copier et partager un Quizlet déjà fait

modifier un quizlet déjà fait

Quizlet comment imprimer la liste des termes

 

 

 

A propos de l’école et de la créativité…

sir ken robinson be-prepared-to-be-wrong

Si vous ne connaissez pas Sir Ken Robinson, alors je vous invite à découvrir les conférences TED qu’il a données sur l’école et la créativité en bas de cet article.

Sir Ken Robinson compte aujourd’hui parmi les experts de l’éducation les plus influents sur la scène internationale. Les réflexions de cet universitaire anglais à propos de l’éducation ont été le déclencheur de nombreuses réformes éducatives à travers le monde.

Personnellement, je ne me lasse pas de regarder les diverses interviews qu’il a données et de suivre son site officiel.

Je profite de l’occasion pour faire un petit clin d’oeil à mes collègues du département d’allemand: chères Maria, Verena et Ulrike, c’est un privilège de travailler avec vous!

ihr seid einfach UNERSETZLICH🙂

N’hésitez pas à partager et à commenter cet article!

Vers la fin de l’écriture?

écritureIl y a tout juste un an, jour pour jour, un journaliste de la Radio Télévision Suisse venait filmer dans ma salle de classe… (liens vers les reportages en bas de l’article)

Outre l’excitation des élèves et le stress causé par la venue d’un cameraman, ce fut une expérience riche et unique. Et puis, notre petite dernière était tellement fière de voir sa maman à la télé! En fait, elle aurait préféré que je passe à « The Voice », donc j’ai dû lui expliquer que ce n’était pas trop mon domaine…

Blague à part, la venue du journaliste m’a interpellée sur la fin de l’écriture cursive.

A l’heure où les tablettes s’invitent en masse dans les salles de classe, la question revient presque en boucle dans les médias et les réseaux sociaux: Est-ce la fin de l’écriture?

Personnellement, je fais partie de la génération qui a grandi avec l’écriture et je ressens parfois le besoin d’avoir un stylo en main pour pouvoir me concentrer et « coucher » mes idées sur le papier.

Mais qu’en est-il, ou bien qu’adviendra t’il des générations futures? Est ce que les « Digital Natives » , comme on les nomme, auront besoin de ce geste d’écriture pour se connecter plus efficacement à leurs neurones?

Rien n’est moins sûr…

Alors qu’aux Etats-Unis, 45 Etats sur 50 ont abandonné l’écriture cursive (« en attaché ») depuis septembre dernier, on est en droit de se demander quelle sera la tendance à venir… Sans compter que lés élèves finlandais délaisseront dès 2016 l’écriture cursive pour privilégier les cours de dactylographie.

Voici quelques éléments de réponse:

Reportage RTS: Vers la fin de l’écriture?

Reportage Euronews: La fin de l’écriture est-elle signée?

Une pensée et un petit clin d’oeil à mes chers abonnés qui me font la joie de suivre ce modeste blog et de commenter / partager:-)

La nouvelle casquette de l’enseignant: être un coach, et non plus un distributeur de savoir!

 

Screenshot 2015-01-09 12.56.56Screenshot 2015-01-09 13.03.44

Avant-propos

C’est avec un article un peu polémique que je souhaitais commencer l’année 2015 et je l’avoue, un peu en lien avec le massacre de Charlie Hebdo. Parce que la libre expression des idées, et plus largement le sens critique, sont absolument essentiels dans une démocratie.

Le tsunami numérique*

Ce n’est plus un fait, mais un constat. Le numérique brouille les repères traditionnels de l’école: le rôle de l’enseignant est en mutation et doit être redéfini. A l’heure où la déferlante du numérique bouleverse le monde de l’éducation, il ne s’agit plus de rester sur un modèle de cours frontal (ou cours ex-cathedra). De nombreux enseignants optent pour la co-construction du cours et privilégient le mode collaboratif. Et c’est tant mieux🙂

Pourquoi?

Parce qu’il est temps d’en finir avec le gavage cognitif où l’élève doit apprendre par cœur un contenu pour un test et le régurgiter pour être évalué…

Parce que l’une des compétences du 21ème siècle que nos chères têtes blondes se devront d’acquérir sera bel et bien la capacité à travailler en équipe…

Parce que l’élève spectateur et consommateur qui reçoit un cours plaqué, figé, une sorte de savoir livré clé en main, on sait que ça ne marche pas… (cf cet article)

 

Parce que l’information est à portée de clic et accessible partout / à tout moment.

Parce qu’il y a Google… »Why do I need a teacher when I’ve got Google? » (« Pourquoi ai-je besoin d’un prof alors que j’ai Google? »)**

Parce que l’enseignant n’est plus le seul et unique détenteur du savoir…

Parce qu’il est temps que les élèves deviennent acteurs et non plus… spectateurs!

Et ensuite, me direz-vous?

C’est à la fois facile et extrêmement difficile. Je m’explique.

C’est facile d’inverser la tendance parce que c’est bel et bien à l’intérieur de ce schéma que le professeur pourra se réaliser et avoir le sentiment d’être à l’écoute de tous ses élèves et disponible pour chacun d’entre eux.

C’est difficile car il s’agit de quitter sa zone de confort et se mettre en quelque sorte « en danger ». Parce que nous sommes tous « formatés ». Quand je dis tous, c’est bien TOUS. Les profs, mais aussi les élèves et les parents. Et tant qu’il n’y a pas de prise de conscience pour ces trois acteurs, c’est souvent problématique.

Le prof comme coach 

Quand on quitte le sacro-saint cours magistral, que se passe t’il ? L’une de mes premières surprises a été… le bruit! Et oui, les élèves échangent, bougent, inter-agissent. C’est un peu comme dans la cuisine d’un grand restaurant avant le coup de feu: inutile de tabler sur de l’immobilisme et sur du silence « studieux », il faut se rendre à l’évidence: les élèvent travaillent!

Lorsque l’élève est acteur, le processus d’apprentissage s’inscrit dans une dynamique de co-construction du savoir et dans un processus de collaboration (on en revient à l’idée du travail en équipe qui m’est si chère….).

L’enseignant devient un coach, un médiateur, un guide. Il aide l’élève à se repérer dans un flux d’information constant, dans un monde où les ressources consultables ont une croissance exponentielle. L’enseignant se déplace d’îlots en îlots (c’est ainsi que je nomme les tables assemblées pour le travail collaboratif), il est disponible pour un groupe ou un individu. Et les élèves les plus nerveux ou timides peuvent enfin poser la question qui les taraude, sans avoir à le faire devant toute la classe. Et ils apprécient d’avoir le prof « pour eux tout seul » en quelque sorte.

Côté prof, la donne change. Les nouvelles technologies permettent de récolter des données et par la même de donner un feed-back constant et d’adapter les activités d’apprentissage en fonction du profil de l’élève pour un parcours personnalisé. Le gros du travail se fait en amont ou en aval.

Si vous veniez dans ma salle de classe, et bien, vous auriez nettement l’impression que je ne fais pas grand-chose ou que je me promène. En réalité, je guide, je réajuste, je conseille. Et je surveille ceux qui ont parfois tendance à faire le minimum grâce à mon application ClassDojo.

En amont, je prépare un « cahier des charges » avec la description précise des étapes de travail, des compétences à acquérir et des délais.

En aval, j’utilise la récolte des données via l’appli Showbie pour évaluer le travail de chacun et donner des consignes personnalisées. Dans cet article, vous trouverez quelques astuces de cette app qui est absolument essentielle.

En résumé

En classe: L’élève n’est plus en situation passive: il apprend à apprendre, il synthétise, il échange. Le professeur reste en « arrière-plan » et supervise le travail de manière globale.

En amont: l’enseignant réfléchit à une problématique ou un projet. Il fixe les objectifs à réaliser et les analyse les compétences requises.

En aval: L’enseignant récolte via le numérique les travaux des élèves et les guide pour une meilleure remédiation , grâce à un feed-back personnalisé. En fait, cela permet de faire de la différenciation.

L’élève est enfin responsable de son apprentissage et apprend des savoirs faire: synthétiser, critiquer, collaborer.

N’hésitez pas à commenter!

P.S.: Une bonne année à tous et un grand merci à ceux qui me suivent🙂

N’hésitez pas à me retrouver sur Twitter : @evelyneviret

Sources

– articles et images: https://maonziemeannee.wordpress.com/2013/12/17/redefinir-sa-posture-enseignante-en-tricotant-des-liens-invisibles/

* titre du livre d’Emmanuel Davidenkoff

** titre polémique du livre de Ian Gilbert sur les enjeux de l’éducation au 21ème siècle.

 

A propos des manuels scolaires…

image manuel numerique ipad

Avez-vous déjà eu, entre les mains, un manuel scolaire qui vous satisfaisait pleinement?

Non, pas vrai? C’est pourquoi nous, les profs, nous n’auront de cesse de créer des ressources qui seront plus « accessibles » pour nos élèves.

Trop dense, trop compliqué, trop vieillot, déjà dépassé… bref, le manuel scolaire n’a plus lieu d’être, et tout particulièrement à l’heure où la musique, la lecture, les films se sont dématérialisés.

Lorsqu’en janvier 2012, Apple lançait iBooks Author, c’était comme si on m’amenait le Saint Graal! (pardon, je blasphème…)

Ce logiciel destiné à créer des livres numériques à destination des tablettes est juste INCROYABLE.

Il nous libère des frontières du papier et nous emmène dans un monde où tout est possible: vidéos, frises chronologiques, quiz interactifs avec feed-back immédiat, objets 3D…j’en passe et des meilleurs.

Yann Houry, professeur de français au collège de Bar-sur-Aube (France), a été le tout premier à mettre à disposition son manuel de quatrième gratuitement sur l’iBook Store. Il a depuis continué son travail de titan puisqu’il a ajouté à la collection le manuel de cinquième et le manuel de sixième. Un régal pour les enseignants. Son site ralentirtravaux est une pure merveille: vous pourrez y trouver, entre autre, des dictées et des exercices interactifs exploitables sur tablettes.

A l’heure où le numérique bat son plein, de nombreuses initiatives sont en cours pour numériser les manuels scolaire, et c’est tant mieux. Je rêve du jour où nos chers élèves ne ploieront plus sous le poids de leurs cartables.

Voici quelques sites où vous pourrez trouver des manuels scolaires version numérique:

lelivrescolaire.fr , Belin, Bordas

Et si vous voulez créer votre propre manuel numérique, un conseil d’ami… commencez par un chapitre si vous voulez préserver votre vie de famille et votre vie de couple😉

Voici le lien vers l’appli gratuite (!) pour télécharger iBooks Author. On ne peux hélas, que créer un manuel numérique que depuis un Mac.

Last, but not least, voici une conférence TED à propos des manuels scolaires

Une alternative aux devoirs traditionnels?

Home_work_routine

Ah, les devoirs!

Souvent sujets à polémiques, ils restent une composante essentielle du système éducatif.

Loin de moi l’idée d’écrire un article « pour ou contre ». Il s’agit plutôt de partager une réflexion sur un article fort intéressant à propos des devoirs (source en bas de la page).

A l’heure où le numérique brouille les repères traditionnels de l’école, il s’agit en effet de repenser l’éducation, de réinventer la pédagogie.

Alors pourquoi ne pas redéfinir aussi les devoirs? Ils sont trop souvent perçus par nos élèves comme rébarbatifs et fastidieux.

Voici donc l’adaptation française d’un article paru sur l’excellent site  teachthought.

So inspiring…

alternatives aux devoirs traditionnels

Alternatives aux devoirs traditionnels

source:

a chart for teachers: Alternatives to Traditional Homework 

 

3 sites extras pour l’apprentissage du vocabulaire des Langues Vivantes

 

wordle vokalbeln

Grâce aux nouvelles technologies, les élèves ont la chance de pouvoir apprendre le vocabulaire d’une langue étrangère de manière plus ludique et de créer eux-mêmes leur liste de mots à apprendre.

Les 3 sites suivants ont été testés IRL et les jeux créés ne nécessitent pas le Flash et peuvent donc être exploités sur tablette.

QUIZLET

Dans un récent billet, je vous disais tous le bien que je pensais de Quizlet!

Cela reste un bel outil de travail et le préféré des élèves

LEARNINGAPPS.ORG

Dans cet article, retrouvez les  plus et les moins de cet outil.

MEMRISE

Ma dernière trouvaille (un grand merci à ma chère TL). Un site et une app.

Les plus

– Un petit côté réseau social dont les élèves raffolent (on peut avoir des followers et liker des pages comme sur FB et Twitter)

– Les Mems: Les internautes ont la possibilité de proposer/ partager des moyens mnémo-techniques vraiment sympas (voir image ci-dessous). J’adore!

photo mem memrise

– Possibilité d’enregistrer d’avoir accès à la prononciation du vocable: on enregistre soi-même un doc audio ou on peut en choisir un parmi la pléiade de ceux qui ont déjà été enregistrés

Les moins

– Attention, c’est très addictif ! C’est ce que m’en disent les élèves…

– Au bout d’un moment, les élèves ont un peu l’impression de tourner en rond et de faire toujours la même chose

Merci de commenter et de partager🙂

ça va ... ou bien?

blog professionnel d'une enseignante spécialisée un peu décalée...

ça va ou bien ?!

capsules vidéos en enseignement spécialisé / Anne Andrist

Resources for the MFL Classroom

Sharing ideas and resources for more effective & relevant teaching

EdmusiPad.fr

Quelques idées sur l'utilisation des TICE en classe

1 2 3 ...Deutsch - portail pour élèves germanistes du secondaire

Quelques idées sur l'utilisation des TICE en classe

Au coin de la rue de Lannoy

Les post-its numériques de Ghislain Dominé

Quelques idées sur l'utilisation des TICE en classe

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 416 autres abonnés