Travel Schooling (épisode 1) indispensable Quizlet

Machu Picchu

Photo: Novembre 2015, Perou, Machu Picchu

Pendant notre tour du monde de juillet 2015 à août 2016, nous avons expérimenté le Travel Schooling.

Le travel Schooling, c’est comme le Home Schooling mais en mode nomade…

Oui, vous avez bien lu, nous avons fait l’école à nos deux filles pendant 14 mois… on n’avait pas pensé une seule seconde que ce serait la partie la plus « challenging » du voyage, inconscients que nous sommes, mon mari et moi!

Dans des billets précédents, je vous avais déjà parlé de Quizlet: d’une part, je vous avais concocté un descriptif de l’appli, d’autre part, j’avais partagé avec vous mes astuces et fiches techniques.

Croyez-le ou non, pendant notre voyage, j’ai pour ainsi dire re-découvert tous les avantages de Quizlet!

Apprendre  les rudiments d’une langue étrangère

Quand on voyage, pouvoir communiquer, c’est vital. Nous étions partis du principe qu’en Amérique du Sud, on pourrait se faire facilement comprendre avec l’anglais. FAUX!

On a vite compris que sans quelques phrases de base, ce serait vite la catastrophe…

Du coup, comme on allait quand même passer 3 mois en Amérique du Sud, j’ai vite pris le taureau par les cornes… Voici comment j’ai procédé:

Etape 1: J’ai sélectionné un panel de phrases et de mots indispensables à la vie de tous les jours, ex: riz, le petit-déjeuner, combien ça coûte, c’est trop cher (utile pour négocier la course de taxi!), une salade sans carotte (mon mari est allergique), merci de faire la chambre, une serviette de toilette supplémentaire SVP, etc…

Etape 2: grâce à linguee.fr (ce site permet de voir la traduction des mots en contexte), j’ai vérifié l’exactitude des phrases.

Etape 3: Sur l’appli, j’ai pu créer mes listes et réviser partout car il est même possible de travailler ses listes Quizlet en mode « Off Line », c’est à dire, sans le Wifi! Une bénédiction quand on voyage.

Etape 4: Cerise sur le gâteau: comme Quizlet offre une synchronisation parfaite entre son appli et son site web, je pouvais retrouver mes listes créées hors Wifi et faire plus de jeux quand je passais sur quizlet.com via Safari ou Google Chrome.

Idéal aussi pour les maths, le français, l’histoire, etc…

Comme nos deux filles devaient apprendre du vocabulaire, des concepts sur l’histoire (définition de: les états généraux, un despote éclairé, etc…), des conjugaisons, et même pour notre petite dernière les tables de multiplication, c’est sans rechigner qu’elles ont créé leurs listes sur Quizlet (souvent dans le train, le bus ou l’avion) pour apprendre sans avoir l’impression de faire un effort. Une fois créées, les listes étaient étudiées régulièrement pour un rendement maximum. J’avais même créé des classes et des dossiers pour mieux classer et observer les progrès des miss (ex: Pauline Histoire ou Mimi Français).

séance quizletzPhoto: A l’aéroport, en pleine séance Quizlet…

En résumé…

Les plus:

  • la possibilité de travailler en mode avion: génial quand on voyage, on peut vraiment étudier partout!
  • il y a l’appli (télécharger ici) et le site web (ouvrir ici) parfaitement synchronisés, ce qui signifie que les listes que vous créez sur l’appli se retrouvent sur le site (et vice versa)
  • on peut ranger par thèmes (dossiers)
  • on peut créer des classes (utile pour le suivi des élèves)
  • l’appli propose 3 jeux d’entraînement et un test (tous disponibles en mode off line)
  • le site propose 5 jeux d’entraînement, un test et la fonctionnalité Quizlet Live qu’on peut utiliser en classe et que les élèves adooooorent! (je vous en dis plus dans un prochain billet)
  • la banque d’images libres de droit, accessible depuis le site web pour illustrer les Flashcards est super pratique pour l’enseignement des langues Vivantes: on a juste le mot dans la langue cible et une image pour illustrer, pas besoin de passer par une traduction

Les moins:

  • l’impossibilité d’avoir accès à la banque d’images libre de droits depuis l’appli. On a certes l’option (payante) de mettre en illustration une photo de la pellicule, mais cela suppose de faire un gros travail en amont: 1) chercher une photo sur safari 2) l’enregistrer dans la pellicule. Conclusion: passez par le site pour créer vos listes si vous voulez intégrer des photos!
  • pour le moment, la possibilité d’ouvrir un nombre illimité de classes est payante.
  • impossible de lier un terme à un enregistrement vocal sans passer par la version payante. La prononciation proposée est certes correcte, mais perfectible…

Si vous voulez explorer encore un peu plus…

A venir dans les semaines qui suivent: Travel Schooling (épisode 2): Dropbox, mon amour

Pour voir l’offre de Quizlet Plus, c’est ici.

Pour découvrir la toute nouvelle fonctionnalité de Quizlet, c’est ici.

C’est avec un immense plaisir que je recevrais vos retours et vos commentaires 🙂

Quizizz: un super outil d’évaluation formative

Vous avez aimé Kahoot! Vous allez adorer Quizizz!

Tout d’abord toutes mes excuses pour ce long silence pour cause de tour du monde. C’est la vérité, promis juré, c’est pas de l’intox! Mais là n’est pas le sujet du jour…Même si je pense poster prochainement un petit billet sur le Travel Schooling…

Vous vous souvenez sans doute de Kahoot, ce site funky pour créer des quiz interactifs?! Eh bien voici un autre site tout aussi performant et fédérateur (certains de mes élèves le préfèrent même à Kahoot). Il s’agit de Quizizz.

photo-quizizz

Quizizz, qu’est ce que c’est?

C’est un site web pour créer des QCM interactifs qui vos permet par la suite de faire le bilan des compétences de vos élèves. Vous pouvez très bien l’utiliser comme outil d’évaluation formative ou pour créer des groupes de travail en fonction du niveau acquis par vos élèves.

Comment ça marche?

– Côté prof: Sur le site de quizizz.com, vous pouvez soit créer, soit copier un quiz pour évaluer vos élèves.

– Côté élèves: sur le site join.quizziz.com, les élèves entrent un code à 6 chiffres et jouent ensuite en mode individuel et voit directement sur leur écran d’iPad (ou ordi) les possibilités de réponses (ce qui est différent du Kahoot où les élèves ont sous les yeux uniquement des couleurs et dans la mesure où les réponses sont projetées uniquement à l’écran)

Les plus:

  • C’est gratuit!
  • Les élèves se connectent au quiz via le code à 6 chiffres qui apparaît lorsque vous lancez le quiz. Pas besoin pour le prof d’entrer des données quelles qu’elles soient…
  • Vous pouvez créer un quiz de toute pièce ou alors copier un quiz déjà existant. Pour trouver un quiz, il suffit de faire une recherche dans l’onglet « publique », taper un mot clé dans la barre de recherche et le tour est joué 🙂
  • Les élèves aiment bien voir leur progression affichée sur leur tablette (plutôt que sur l’écran, comme c’est le cas avec Kahoot!)
  • Sous l’onglet « mes rapports », vous pouvez récupérer non seulement les scores de vos élèves sous format Excel, mais aussi le score de la classe pour chaque question ET le score individuel de chaque élève pour chaque questions. Visuellement, c’est absolument irréprochable! Même le format excel est superbe! Une vraie performance 🙂
  • La grande différence avec Kahoot!, c’est que chaque élève peut aller à son rythme. L’enseignant n’est pas obligé d’attendre que la totalité des élèves ait terminé de répondre à la question pour passer à la question suivante. Les élèves sont parfaitement autonomes.

Les moins:

  • Honnêtement, je n’ai pas encore trouvé… on espère peut-être une appli sur iOS qui permettra aux élèves d’être plus rapides lorsqu’ils soumettent leur réponse… quand le Wifi n’est pas assez puissant, certains élèves se plaignent que leur réponse ne soit pas prise en compte assez rapidement parce qu’ils doivent passer par Safari ou Chrome!

En résumé:

Les élèves se prennent volontiers au jeu et me demandent souvent si on va faire un Quizizz lorsqu’ils entrent en classe. Comme ils adorent le principe, je le réserve bien entendu comme récompense pour les semaines où toute la classe a bien travaillé. La cerise sur le gâteau: les élèves créent eux même leur QCM sur Quizizz. Ils m’envoient ensuite le lien pour que je puisse vérifier que l’intégralité du quiz est correcte. Comme les fautes d’orthographe, de ponctuation, de traduction ne sont pas rares, je préfère « filtrer » les quiz avant de laisser l’auteur du quiz tout à son bonheur, à savoir: lancer son quiz en classe pour challenger ses camarades.

 

 

Quizlet: Fiches techniques et astuces!

Screenshot 2015-04-15 11.31.46

Dans l’un des mes petits billets sur les Serious Games, je vous parlais de ce super site du nom de Quizlet.

Voici quelques fiches techniques et astuces pour utiliser un maximum du potentiel incroyable de ce site (il y a aussi une app):

comment changer le titre du Quizlet?

Comment créer mon Quizlet?

comment rendre mon Quizlet publique?

Comment retrouver tous mes quizlets?

copier et partager un Quizlet déjà fait

modifier un quizlet déjà fait

Quizlet comment imprimer la liste des termes

 

 

 

A propos de l’école et de la créativité…

sir ken robinson be-prepared-to-be-wrong

Si vous ne connaissez pas Sir Ken Robinson, alors je vous invite à découvrir les conférences TED qu’il a données sur l’école et la créativité en bas de cet article.

Sir Ken Robinson compte aujourd’hui parmi les experts de l’éducation les plus influents sur la scène internationale. Les réflexions de cet universitaire anglais à propos de l’éducation ont été le déclencheur de nombreuses réformes éducatives à travers le monde.

Personnellement, je ne me lasse pas de regarder les diverses interviews qu’il a données et de suivre son site officiel.

Je profite de l’occasion pour faire un petit clin d’oeil à mes collègues du département d’allemand: chères Maria, Verena et Ulrike, c’est un privilège de travailler avec vous!

ihr seid einfach UNERSETZLICH 🙂

N’hésitez pas à partager et à commenter cet article!

Vers la fin de l’écriture?

écritureIl y a tout juste un an, jour pour jour, un journaliste de la Radio Télévision Suisse venait filmer dans ma salle de classe… (liens vers les reportages en bas de l’article)

Outre l’excitation des élèves et le stress causé par la venue d’un cameraman, ce fut une expérience riche et unique. Et puis, notre petite dernière était tellement fière de voir sa maman à la télé! En fait, elle aurait préféré que je passe à « The Voice », donc j’ai dû lui expliquer que ce n’était pas trop mon domaine…

Blague à part, la venue du journaliste m’a interpellée sur la fin de l’écriture cursive.

A l’heure où les tablettes s’invitent en masse dans les salles de classe, la question revient presque en boucle dans les médias et les réseaux sociaux: Est-ce la fin de l’écriture?

Personnellement, je fais partie de la génération qui a grandi avec l’écriture et je ressens parfois le besoin d’avoir un stylo en main pour pouvoir me concentrer et « coucher » mes idées sur le papier.

Mais qu’en est-il, ou bien qu’adviendra t’il des générations futures? Est ce que les « Digital Natives » , comme on les nomme, auront besoin de ce geste d’écriture pour se connecter plus efficacement à leurs neurones?

Rien n’est moins sûr…

Alors qu’aux Etats-Unis, 45 Etats sur 50 ont abandonné l’écriture cursive (« en attaché ») depuis septembre dernier, on est en droit de se demander quelle sera la tendance à venir… Sans compter que lés élèves finlandais délaisseront dès 2016 l’écriture cursive pour privilégier les cours de dactylographie.

Voici quelques éléments de réponse:

Reportage RTS: Vers la fin de l’écriture?

Reportage Euronews: La fin de l’écriture est-elle signée?

Une pensée et un petit clin d’oeil à mes chers abonnés qui me font la joie de suivre ce modeste blog et de commenter / partager:-)

La nouvelle casquette de l’enseignant: être un coach, et non plus un distributeur de savoir!

 

Screenshot 2015-01-09 12.56.56Screenshot 2015-01-09 13.03.44

Avant-propos

C’est avec un article un peu polémique que je souhaitais commencer l’année 2015 et je l’avoue, un peu en lien avec le massacre de Charlie Hebdo. Parce que la libre expression des idées, et plus largement le sens critique, sont absolument essentiels dans une démocratie.

Le tsunami numérique*

Ce n’est plus un fait, mais un constat. Le numérique brouille les repères traditionnels de l’école: le rôle de l’enseignant est en mutation et doit être redéfini. A l’heure où la déferlante du numérique bouleverse le monde de l’éducation, il ne s’agit plus de rester sur un modèle de cours frontal (ou cours ex-cathedra). De nombreux enseignants optent pour la co-construction du cours et privilégient le mode collaboratif. Et c’est tant mieux 🙂

Pourquoi?

Parce qu’il est temps d’en finir avec le gavage cognitif où l’élève doit apprendre par cœur un contenu pour un test et le régurgiter pour être évalué…

Parce que l’une des compétences du 21ème siècle que nos chères têtes blondes se devront d’acquérir sera bel et bien la capacité à travailler en équipe…

Parce que l’élève spectateur et consommateur qui reçoit un cours plaqué, figé, une sorte de savoir livré clé en main, on sait que ça ne marche pas… (cf cet article)

 

Parce que l’information est à portée de clic et accessible partout / à tout moment.

Parce qu’il y a Google… »Why do I need a teacher when I’ve got Google? » (« Pourquoi ai-je besoin d’un prof alors que j’ai Google? »)**

Parce que l’enseignant n’est plus le seul et unique détenteur du savoir…

Parce qu’il est temps que les élèves deviennent acteurs et non plus… spectateurs!

Et ensuite, me direz-vous?

C’est à la fois facile et extrêmement difficile. Je m’explique.

C’est facile d’inverser la tendance parce que c’est bel et bien à l’intérieur de ce schéma que le professeur pourra se réaliser et avoir le sentiment d’être à l’écoute de tous ses élèves et disponible pour chacun d’entre eux.

C’est difficile car il s’agit de quitter sa zone de confort et se mettre en quelque sorte « en danger ». Parce que nous sommes tous « formatés ». Quand je dis tous, c’est bien TOUS. Les profs, mais aussi les élèves et les parents. Et tant qu’il n’y a pas de prise de conscience pour ces trois acteurs, c’est souvent problématique.

Le prof comme coach 

Quand on quitte le sacro-saint cours magistral, que se passe t’il ? L’une de mes premières surprises a été… le bruit! Et oui, les élèves échangent, bougent, inter-agissent. C’est un peu comme dans la cuisine d’un grand restaurant avant le coup de feu: inutile de tabler sur de l’immobilisme et sur du silence « studieux », il faut se rendre à l’évidence: les élèvent travaillent!

Lorsque l’élève est acteur, le processus d’apprentissage s’inscrit dans une dynamique de co-construction du savoir et dans un processus de collaboration (on en revient à l’idée du travail en équipe qui m’est si chère….).

L’enseignant devient un coach, un médiateur, un guide. Il aide l’élève à se repérer dans un flux d’information constant, dans un monde où les ressources consultables ont une croissance exponentielle. L’enseignant se déplace d’îlots en îlots (c’est ainsi que je nomme les tables assemblées pour le travail collaboratif), il est disponible pour un groupe ou un individu. Et les élèves les plus nerveux ou timides peuvent enfin poser la question qui les taraude, sans avoir à le faire devant toute la classe. Et ils apprécient d’avoir le prof « pour eux tout seul » en quelque sorte.

Côté prof, la donne change. Les nouvelles technologies permettent de récolter des données et par la même de donner un feed-back constant et d’adapter les activités d’apprentissage en fonction du profil de l’élève pour un parcours personnalisé. Le gros du travail se fait en amont ou en aval.

Si vous veniez dans ma salle de classe, et bien, vous auriez nettement l’impression que je ne fais pas grand-chose ou que je me promène. En réalité, je guide, je réajuste, je conseille. Et je surveille ceux qui ont parfois tendance à faire le minimum grâce à mon application ClassDojo.

En amont, je prépare un « cahier des charges » avec la description précise des étapes de travail, des compétences à acquérir et des délais.

En aval, j’utilise la récolte des données via l’appli Showbie pour évaluer le travail de chacun et donner des consignes personnalisées. Dans cet article, vous trouverez quelques astuces de cette app qui est absolument essentielle.

En résumé

En classe: L’élève n’est plus en situation passive: il apprend à apprendre, il synthétise, il échange. Le professeur reste en « arrière-plan » et supervise le travail de manière globale.

En amont: l’enseignant réfléchit à une problématique ou un projet. Il fixe les objectifs à réaliser et les analyse les compétences requises.

En aval: L’enseignant récolte via le numérique les travaux des élèves et les guide pour une meilleure remédiation , grâce à un feed-back personnalisé. En fait, cela permet de faire de la différenciation.

L’élève est enfin responsable de son apprentissage et apprend des savoirs faire: synthétiser, critiquer, collaborer.

N’hésitez pas à commenter!

P.S.: Une bonne année à tous et un grand merci à ceux qui me suivent 🙂

N’hésitez pas à me retrouver sur Twitter : @evelyneviret

Sources

– articles et images: https://maonziemeannee.wordpress.com/2013/12/17/redefinir-sa-posture-enseignante-en-tricotant-des-liens-invisibles/

* titre du livre d’Emmanuel Davidenkoff

** titre polémique du livre de Ian Gilbert sur les enjeux de l’éducation au 21ème siècle.

 

A propos des manuels scolaires…

image manuel numerique ipad

Avez-vous déjà eu, entre les mains, un manuel scolaire qui vous satisfaisait pleinement?

Non, pas vrai? C’est pourquoi nous, les profs, nous n’auront de cesse de créer des ressources qui seront plus « accessibles » pour nos élèves.

Trop dense, trop compliqué, trop vieillot, déjà dépassé… bref, le manuel scolaire n’a plus lieu d’être, et tout particulièrement à l’heure où la musique, la lecture, les films se sont dématérialisés.

Lorsqu’en janvier 2012, Apple lançait iBooks Author, c’était comme si on m’amenait le Saint Graal! (pardon, je blasphème…)

Ce logiciel destiné à créer des livres numériques à destination des tablettes est juste INCROYABLE.

Il nous libère des frontières du papier et nous emmène dans un monde où tout est possible: vidéos, frises chronologiques, quiz interactifs avec feed-back immédiat, objets 3D…j’en passe et des meilleurs.

Yann Houry, professeur de français au collège de Bar-sur-Aube (France), a été le tout premier à mettre à disposition son manuel de quatrième gratuitement sur l’iBook Store. Il a depuis continué son travail de titan puisqu’il a ajouté à la collection le manuel de cinquième et le manuel de sixième. Un régal pour les enseignants. Son site ralentirtravaux est une pure merveille: vous pourrez y trouver, entre autre, des dictées et des exercices interactifs exploitables sur tablettes.

A l’heure où le numérique bat son plein, de nombreuses initiatives sont en cours pour numériser les manuels scolaire, et c’est tant mieux. Je rêve du jour où nos chers élèves ne ploieront plus sous le poids de leurs cartables.

Voici quelques sites où vous pourrez trouver des manuels scolaires version numérique:

lelivrescolaire.fr , Belin, Bordas

Et si vous voulez créer votre propre manuel numérique, un conseil d’ami… commencez par un chapitre si vous voulez préserver votre vie de famille et votre vie de couple 😉

Voici le lien vers l’appli gratuite (!) pour télécharger iBooks Author. On ne peux hélas, que créer un manuel numérique que depuis un Mac.

Last, but not least, voici une conférence TED à propos des manuels scolaires

sophfle

Activités de FLE pour les profs et les élèves

ça va ... ou bien?

blog professionnel d'une enseignante spécialisée un peu décalée...

ça va ou bien ?!

capsules vidéos en enseignement spécialisé / Anne Andrist

Resources for the MFL Classroom

Sharing ideas and resources for more effective & relevant teaching

EdmusTech.fr

Quelques idées sur l'utilisation des TICE en classe

1 2 3 ...Deutsch - portail pour élèves germanistes du secondaire

Quelques idées sur l'utilisation des TICE en classe

Au coin de la rue de Lannoy

Les post-its numériques de Ghislain Dominé

%d blogueurs aiment cette page :